e-Formation : apprentissage et dispositifs numériques

L’Université de Lille organise du 21 au 23 mars 2018 un colloque scientifique visant à valoriser les résultats des recherches sur l’e-formation des adultes et des jeunes adultes, autour de la thématique « apprentissage et dispositifs numériques ».  Une belle occasion de renforcer les relations entre les chercheurs qui prennent la FTLV comme objet et les professionnels en charge de développer la FTLV dans les universités.

Relations entre la recherche et la formation continue

Mardi 16 janvier, j’ai participé à une réunion rassemblant les responsables de services FC des universités, les anciens coordinateurs académiques et les nouveaux conseillers académiques de Créteil, Paris et Versailles. L’objectif était d’échanger sur les missions des conseillers académiques, de définir les priorités en relation avec les enjeux de développement de la FCU et les éventuelles spécificités territoriales.

Le lien entre nos activités de recherche et notre offre de formation continue est l’un des points que nous avons abordé, rapidement. C’est l’une des clés de différenciation avec les autres acteurs de la formation professionnelle. Nous en sommes tous convaincus. Mais la mise en pratique est difficile et j’aurais certainement l’occasion de développer cet écueil dans un futur article.

J’ai retenu la remarque d’un collègue de l’Université Sorbonne Nouvelle (je ne connais pas encore le nom de tout le monde, désolé) : le lien entre la recherche et notre activité repose aussi sur le fait que certains chercheurs, de diverses disciplines, prennent la FTLV comme objet de leurs recherches. Comment pourrions-nous davantage exploiter les résultats de leurs travaux ? En avons-nous le temps et les capacités ? Ces projets de recherche ont-ils vocation à éclairer nos pratiques professionnelles ? Les chercheurs ont-ils l’envie et les compétences pour rendre plus accessibles leurs résultats ?

C’est un sujet passionnant que j’ai exploré ces dernières années à travers le cabinet conseil que j’ai fondé et qui était justement positionné « de la recherche à l’action ». Un de nos objectifs était de faire travailler ensemble des chercheurs et des consultants, de concevoir et réaliser des recherches appliquées permettant de prendre du recul et de produire des livrables visant à faciliter la prise de décision des dirigeants d’entreprises et d’organisations, en particulier dans le domaine de la responsabilité sociétale et du développement durable. Tout un programme !

2e colloque international e-Formation des adultes et des jeunes adultes

Le colloque organisé par l’Université de Lille en mars prochain est une bonne opportunité de tester ce rapprochement entre chercheurs et professionnels. En effet, les organisateurs ambitionnent de « favoriser la rencontre et l’enrichissement mutuel entre la recherche et le milieu professionnel du domaine, en proposant à la fois des communications/symposiums scientifiques et des communications de type « retours d’expérience » ».

Il rassemblera pendant trois jours des chercheurs ainsi que des praticiens du domaine de la e-Formation des adultes et des jeunes adultes autour de la thématique « apprentissage et dispositifs numériques ». Ces dispositifs peuvent être des configurations de e-learning, blended-learning, moocs, serious-game, e-portfolio ou encore des hybridations de deux ou plusieurs de ces configurations. Plusieurs disciplines sont mobilisées : sciences de l’éducation, psychologie, sociologie, informatique ou encore sciences de l’information et de la communication.

Trois niveaux d’analyse et de formalisation

La thématique du colloque est traitée selon trois niveaux :

  • Le niveau « micro » : il porte sur les dynamiques individuelles et/ou collectives à l’œuvre dans l’usage par les apprenants eux-mêmes (adultes et jeunes adultes) de dispositifs numériques de formation, dans la construction d’environnements personnels médiatisés d’apprentissage. Ces dynamiques peuvent être vues sous l’angle motivationnel (projet, choix, engagement, persistance, etc), métacognitif (stratégies, comportements, autorégulation, etc), biographique (histoire personnelle et professionnelle, parcours de formation, etc) ou encore relationnel (collaboration/ coopération, entre-aide, etc).
  • Le niveau « méso » : il renvoie aux caractéristiques instrumentales, technico-pédagogiques ou socio-pédagogiques des dispositifs numériques de formation en lien avec l’apprentissage des adultes (et des jeunes adultes), notamment les dynamiques motivationnelles, métacognitives, biographiques, sociales de ces derniers ou encore le développement de capacités et de compétences, tant au niveau individuel que collectif.
  • Le niveau « macro » : il s’intéresse aux enjeux et contextes politiques, socio-économiques et/ou institutionnels ainsi qu’aux freins et aux ressources liés au développement de la e-Formation des adultes (et des jeunes adultes) en entreprises, organismes de formation ou établissements d’enseignement supérieur, notamment au regard de la mise en place, du déploiement et de l’évaluation de dispositifs numériques de formation, de la professionnalisation des acteurs éducatifs et parties prenantes du domaine (direction formation, responsables formation, ingénieurs de formation, ingénieurs pédagogiques, conseillers pédagogiques, enseignants – chercheurs, etc).

Pour consulter le programme détaillé et vous inscrire, rendez-vous sur le site dédié du colloque : https://e-formation2018.sciencesconf.org/

Appel à contribution

Je ne pourrai malheureusement pas assister à cet événement. Si l’un ou l’une d’entre vous a prévu d’y aller, n’hésitez pas à me prévenir et à m’envoyer par la suite un compte-rendu ou simplement quelques enseignements que vous en avez tiré : je les publierai avec plaisir.

Une anecdote pour conclure : dans le programme, il est indiqué que le Président de l’Université de Lille fera une « allocation » d’ouverture. Il est vrai que la question financière est centrale dans nos établissements 😉